Impression 4D


Enquête impression 4D

Le LRGP qui est un laboratoire commun entre le CNRS et l’Université de Lorraine, en association avec le laboratoire ICB commun entre le CNRS et l’UTBM à Sévenans développent des recherches sur l’impression 4D avec une visée applicative.

Azran Mostapha (étudiant de troisième année de l’ENSIC) a proposé une enquête :

https://qfreeaccountssjc1.az1.qualtrics.com/jfe/form/SV_1LWHO6ZiCrDpcRD

Voici le lien vers les résultats de l’enquête

Extrait du résultat de l’enquête

L’humain réparé 13.11.2017, par Pascal Sommer CNRS Le journal

Après l’imprimante 3D, voici l’impression 4D !

Ces considérations théoriques sont celles de l’ingénierie tissulaire moderne qui s’inscrit dans une approche globale où la chimie des matériaux, la pharmacologie cellulaire, l’embryologie et la biomécanique, entre autres, se combinent pour proposer aux tissus lésés des niches cellulaires et tissulaires, à la fois prothèse fonctionnelle et matrice de régénération. Dans ce contexte, le facteur temps est un élément essentiel.

Il est bien connu du chirurgien qui suit les évolutions/involutions en direct sur le corps des personnes soignées. Il devient un élément complexe à prendre en compte pour les chercheurs. Le temps ajoute une quatrième dimension à la modélisation de prothèses et orthèses, qu’elles soient synthétisées classiquement avec un matériau unique ou par l’addition orchestrée de plusieurs matériaux séquentiellement ajoutés sous le contrôle d’un logiciel lors de l’impression tridimensionnelle. Cette « impression 4D » (l’impression 3D et le facteur temps) est certainement une clé pour optimiser la personnalisation des prothèses et orthèses et favoriser l’hybridation avec le corps. Ses potentialités sont à la base de l’ingénierie de ces niches propices à la régénération de tissus, voire à terme, d’organes.


%d blogueurs aiment cette page :