LA FABRICATION ADDITIVE POUR LES SCIENCES DU VIVANT*

Bien connue des « makers », l’impression 3D est un outil de plus en plus présent dans les travaux de recherche en sciences du vivant.

Les technologies d’impression, les matériaux et les domaines d’applications utilisés pour la biologie sont extrêmement variés. Lorsque que l’on s’intéresse à l’impression 3D pour les sciences du vivant, l’échelle de taille des objets à imprimer est très variable de quelques dizaines de microns à plusieurs dizaines de centimètres. La rigidité, les propriétés physico-chimiques ou encore la biocompatibilité des matériaux sont également des critères prépondérants dans le choix du couple technologie d’impression-matériau.

On peut distinguer les usages au quotidien en support aux activités de recherche et les activités de recherche à proprement parlé sur l’impression 3D pour les sciences du vivant.

Figure 1 : La fabrication additive pour les sciences du vivant (liste non exhaustive)

Une grande variété de technologies de fabrication additive est utilisée pour les sciences du vivant. On distingue notamment des technologies dites de bio-impression comme la bio-impression assistée par laser ou l’inkjet mais pas uniquement. La figure 2 illustre cette diversité.

Figure 2 : Les technologies de fabrication additive pour les sciences du vivant (liste non exhaustive)

Ci-dessous quelques exemples issus de la littérature sur les technologies de fabrication additive pour les sciences du vivant :

Micro-extrusion/ Jet de matière :

  • Virginie Keriquel et al., In situ printing of mesenchymal stromal cells, by laser-assisted bioprinting, for in vivo bone regeneration applications, Scientific reports, 2017. https://doi.org/10.1038/s41598-017-01914-x

Ci-dessous quelques exemples issus de la littérature sur les technologies de fabrication additive pour les sciences du vivant :

Micro-extrusion/ Jet de matière :

  • Virginie Keriquel et al., In situ printing of mesenchymal stromal cells, by laser-assisted bioprinting, for in vivo bone regeneration applications, Scientific reports, 2017. https://doi.org/10.1038/s41598-017-01914-x

Photo-polymérisation :

  • Yong Zeng et al., 3D printing of hydroxyapatite scaffolds with good mechanical and biocompatible properties by digital light processing, Journal of Materials Science, 2018. https://doi.org/10.1007/s10853-018-1992-2

Les domaines d’application des travaux de recherche faisant usage de la fabrication additive en sciences du vivant sont extrêmement variés. A ce jour, il est impossible d’en faire une liste exhaustive mais à titre d’exemple on y retrouve la médecine régénératrice, l’ingénierie tissulaire, l’écologie ou encore le diagnostic (figure 3).

Figure 3 : Les applications de la fabrication additive pour les sciences du vivant (liste non exhaustive)

*Si vous souhaitez contribuer à l’amélioration du contenu de cette page vous pouvez nous contacter à : copil-rfa@services.cnrs.fr

%d blogueurs aiment cette page :